A la une

Le modèle de financement innovant de Global Voice Group (GVG) peut aider à combler le déficit de financement du développement durable

Pour atteindre les objectifs de développement durable post-2015, il nous faut combler le déficit de financement du développement,qui est estimé à environ US$2,6 trillions par an. Le financement nécessaire équivaut à 20 fois environ les flux d’aide internationale officielle de l’an dernier. Il est donc évident que l’aide des donateurs internationaux n’est plus la solution.

Mobile money market seller

Mobile money market seller

Au cours d’une réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la réponse humanitaire en Afrique, la Directrice exécutive du Programme Alimentaire Mondial (PAM), Ertharin Cousin, a souligné qu’au-delà des besoins en ressources supplémentaires, il était nécessaire de galvaniser l’innovation et les nouvelles façons de travailler. Cela veut dire promouvoir l’autosuffisance et la génération de revenus. « De toute évidence, le déficit de financement global a un impact direct sur les populations extrêmement vulnérables », a, de son côté, affirmé le Président de l’Assemblée générale de l’ONU, MogensLykketoft, rappelant que sur les 60 millions de personnes déplacées dans le monde entier, 17 millions sont en Afrique.

Ainsi, à l’occasion de cette réunion, qui a eu lieu en avril dernier, de hauts responsables des Nations Unies ont tiré la sonnette d’alarme sur le fait qu’il était de plus en plus difficile de répondre aux besoins et qu’il fallait développer des méthodes de travail différentes. Pendant que ces hauts responsables évoquaient la nécessité d’inventer de nouvelles approches pour combler ce déficit de financement, la compagnie Global Voice Group (GVG), continuait de faire ce à quoi elle excelle depuis plus d’une décennie : apporter des solutions de financement innovant à plusieurs pays d’Afrique, en les aidant à générer des sources de revenus supplémentaires grâce à une micro-surcharge prélevée sur chaque minute d’appel international à destination du continent.

Grâce à l’expertise développée par GVG, notamment dans les pays d’Afrique subsaharienne, où la fiscalisation demeure largement insuffisante, d’importantes ressources supplémentaires ont pu être générées. Les revenus générés par le modèle GVG ont également l’avantage de répondre aux deux caractéristiques essentielles des mécanismes de financement innovant : ils sont prévisibles et stables. Contrairement aux autres mécanismes de financement innovant (financement sur les marchés privés, bonds de la diaspora, taxation des émissions de gaz à effet de serre, etc.), le modèle GVG ne nécessite aucun endettement de l’État.

En pleine réunion de l’Assemblée générale de l’ONU, la Directrice exécutive du PAM a également jugé nécessaire de combattre les problèmes à long terme avec des solutions à long terme. C’est ainsi, selon elle, que les gens « élargiront leurs capacités, non seulement à devenir résilients, mais également à assurer leur sécurité alimentaire ». « De toute évidence, le déficit de financement global a un impact direct sur les populations extrêmement vulnérables », a affirmé le Président de l’Assemblée générale, MogensLykketoft, ajoutant que ce déficit contribuait également à une plus grande instabilité dans les régions affectées. Les crises en Somalie, au Soudan du Sud, au Soudan, en République démocratique du Congo, en République centrafricaine et en Erythrée ont été prises comme exemple. Selon Lykketoft, il faut réformer l’approche globale en termes de réponse humanitaire ; « adopter une approche à long terme, à la fois en termes de financement et de renforcement de la résilience; investir dans la réduction des risques de catastrophe; briser les barrières entre le développement et l’action humanitaire; et améliorer l’efficacité de notre réponse globale ».

De par leur prévisibilité et leur stabilité, les revenus générés par le modèle GVG offrent la possibilité de répondre aux besoins de financement à long terme et sont complémentaires de l’aide publique au développement traditionnelle, qui n’a cessé de reculer ces dernières années.

Joseph NARCISSE

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire