A la une

Le Congo et le patriotisme technologique

Du 19 au 23 juillet, nous étions à Brazzaville dans le cadre de la réalisation de ce numéro totalement imprégné du Congo. Personnellement, j’y ai été frappé par le discours des principaux responsables que j’ai rencontrés et même par des citoyens lambda avec lesquels nous avons échangé. Leur façon unique d’appréhender le développement par les nouvelles technologies peut servir dans le cadre d’une ode à la patrie.

En effet, ce qui m’a paru très clair, c’est la volonté 
manifeste de montrer au reste du monde que les Congolais ont choisi, au sortir de la guerre civile, de rattraper leur retard technologique en empruntant un chemin différent et en faisant confiance aux compétences locales.

Tout ou presque du réseau téléphonique a été détruit pendant les sombres événements de 1997. Dans ce contexte, comment démocratiser Internet large bande sachant qu’il est incontournable 
aujourd’hui pour fluidifier l’économie et les services administratifs ? Les Congolais ont créé un modèle unique. Ils ont sauté l’ADSL pour s’offrir directement la fibre optique. Si l’évolution digitale est perceptible de l’intérieur, elle se fait également de l’intérieur vers l’extérieur. Le projet Central Africa Backbone (CAB) a été fortement impulsé par les Congolais.

Aujourd’hui, le raccordement par fibre optique au Gabon et, prochainement, à la Centrafrique et à la République Démocratique du Congo est en passe de devenir réalité. 
La guerre n’a pas terni, fort heureusement, le génie informatique et électronique du Congo Brazza. C’est un pays d’inventeurs. À travers le jeune Vérone Mankou, l’inventeur du premier smartphone africain, le Congo a courageusement montré qu’il pouvait s’inviter dans le concert des nations. Dans la foulée, il y a eu le lancement d’une tablette et de bien d’autres terminaux. Le concept made in Congo de terminaux conçus localement et produits à Shenzhen a fini par révéler de nombreux talents et gagner l’Afrique entière. Par ailleurs, sans complexe, un autre jeune talent congolais a mis au point un simulateur de vol que j’ai découvert au village iConnect. Un chef-d’oeuvre ludique et avantgardiste qui mérite de s’exporter.
Finalement, à bien y regarder, le marché exigu du Congo n’est en rien un frein à son avancée technologique, à son ambition et à l’inventivité de ses jeunes. À force d’y croire et avec cette volonté manifeste, je pense qu’il y aura encore plus de choses à entendre, à voir et à lire dans les jours à venir.

Notre modeste contribution consiste à soutenir, par ce dossier, tous ces efforts qui sont faits dans ce « petit » territoire d’Afrique centrale, afin d’inspirer toute l’Afrique francophone. Pour finir, le Congo sera une des attractions du forum Africa Telecom People 2016, les 6 et 7 octobre à Abidjan (www.africatelecompeople.net).

« Fort de cette campagne de proximité, la plupart des opérateurs du Congo ont promis une participation effective au forum Africa Telecom People 2016. Le Congo est un pays où de nombreux citoyens ont la télévision sur IP. La connectivité et les objets connectés ne sont pas des concepts éloignés. Le ministre de la Poste et des Télécommunications, Léon Juste Ibombo, devrait être à la tête de cette éventuelle forte délégation », confiai-je à un média en ligne à la fin de ma mission à Brazzaville.

Serge Patrick SERY

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire